En finir avec les rhinites allergiques

Nez qui coule, yeux qui larmoient, éternuements à répétitions, des symptômes bien connus des patients qui souffrent de rhinites allergiques. Comment soigner ces allergies naturellement en limitant le recours aux classiques anti-histaminiques ?

On l’appelle aussi le rhume des foins ou la rhinite saisonnière, la rhinite allergique touche près de 25% des adultes auxquels elle gâche souvent la vie dès le début du printemps. Comment minimiser les symptômes de ces manifestations allergiques ?

Les anti-histaminiques sont souvent efficaces mais non dénués d’effets secondaires.


Quels sont les symptômes de la rhinite allergique ?

Il existe deux types de rhinites allergiques : la rhinite saisonnière qui survient en réaction au pollen. On l’appelle aussi couramment le rhume des foins.

L’autre type de rhinite allergique est la rhinite persistante causée par des allergènes présents constamment dans l’environnement.

Dans les deux cas les symptômes sont les mêmes :

  • Nez qui pique, qui coule et des sécrétions très liquides

  • Démangeaisons, des larmoiements et des rougeurs aux yeux

  • Crises d’éternuements

  • Nez bouché

  • Tension dans la région des sinus

  • TouxAltération du goût, de l'odorat et de l'audition

  • Fatigue, irritabilité et l’insomnie, lorsque les symptômes durent plusieurs jours


Quels sont les traitements de la rhinite allergique ?

Souvent les patients souffrant de rhinite allergique prennent un traitement médicamenteux. Il existe 4 classes de médicaments pour soulager ces symptômes :

Les antihistaminiques

Les décongestionnants

Les corticostéroïdes

Les antidégranulants


Quelles sont les alternatives aux médicaments ?

1- La vitamine D

Quelques études ont lié un taux de vitamine D bas à un risque accru d'allergies et à la gravité des symptômes chez l'enfant et l'adolescent.

Même si le lien formel entre vitamine D et allergies reste à établir, il est prudent de contrôler son taux de vitamine D et de se supplémenter si besoin (à raison de 1000 à 2000 UI de vitamine D3 par jour, en fonction de son exposition au soleil).

2- La pétasite

La pétasite est une plante herbacée à fleurs violettes qui s’est révélée particulièrement intéressante dans le traitement des rhinites allergiques. La plupart des études proviennent d’un groupement suisse, le Petasites Study Goup. Une firme suisse est d’ailleurs à l’origine de la commercialisation d’un extrait de pétasite appelé le Tesalin.

Comparée aux anti-histaminiques classiques, chez des personnes souffrant d'allergies saisonnières, la pétasite : agit de manière similaire à la cétirizine sur les symptômes, les effets secondaires de somnolence de cette dernière en moins.est aussi efficace sur les symptômes nasaux que la fexofénadine.

Vous pouvez prendre 50 mg d’un extrait normalisé (contenant 7,5 mg de pétasine et d'isopétasine) 2 fois par jour pour diminuer la sévérité et l’intensité des symptômes.

3- L’ortie 

Les patients ayant reçu le traitement ont vu une meilleure amélioration de leurs symptômes que ceux qui avaient reçu un placebo.

La dose efficace est de 300 mg d'extrait de feuille d'ortie par jour.

4- La quercétine

La quercétine est un flavonoïde antioxydant que l’on retrouve notamment dans l’oignon et qui est capable d’inhiber la sécrétion d’histamine, une substance produite par le système immunitaire et qui est à l’origine des troubles allergiques.

La dose efficace constatée est de 250 à 600 mg 3 fois par jour de bioquercétine, à prendre 5 à 10 min avant les repas.

5- La spiruline

La spiruline est une algue couramment commercialisée comme complément alimentaire qui est réputée pour son action sur le système immunitaire.

Les patients qui avaient reçu l’extrait de spiruline rapporte une amélioration de la congestion nasale, des éternuements et des démangeaisons.

6- L'extrait de pin des Landes (Pycnogénol)

Pris 5 semaines avant le début de la pollinisation, le Pycnogénol (extrait breveté d'écorce du pin maritime) permet d'améliorer les symptômes de la rhinite allergique (10). Il agirait notamment en inhibant la libération d'histamine.

Le Pycnogénol se prend à raison de 2 fois 50 mg par jour.

7- Les probiotiques

Les lactobacilles et bifidobactéries semblent prévenir la récurrence de la rhinite allergie, atténuer la sévérité des symptômes et améliorer la qualité de vie.

Chez des enfants allergiques aux acariens, la prise de Lactobacillus casei réduit la fréquence et la gravité des symptômes nasaux et oculaires et améliore leur qualité de vie. Chez des enfants avec une rhinite allergique saisonnière, la prise de Lactobacillus casei diminue les symptômes, le nombre d’épisodes ainsi que le besoin de médicaments.

8- L'acupuncture

Utilisée en prévention ou en traitement des symptômes, l'acupuncture s'avère une alternative intéressante aux médicaments.

Elle semble aussi améliorer la qualité de vie des malades sans effet secondaire notable.

13 vues0 commentaire

Membre de l'AFDN

Déléguée régionale de l'ADL

  • Blanc Icône Instagram
  • White Facebook Icon
  • White Pinterest Icon
  • Blanc LinkedIn Icône

Diététicienne - Nutritionniste

Tél : 06 13 80 55 79

Adresse du cabinet

18, allée des Cigalons

13540 AIX EN PROVENCE

© 2020 by Axelle Colombo