Sodas, boissons sucrées : pourquoi ils nuisent gravement à la santé

Surpoids, diabète, infarctus, vieillissement accéléré, décès prématuré, insuffisance rénale : les déboires des sodas et boissons sucrées et comment les faire comprendre à un ado. 

Les boissons sucrées contiennent du sucre ajouté, notamment sous forme de saccharose ou de sirop de glucose-fructose.

En France, même si la consommation de boissons sucrées n’atteint pas celle des Allemands ou des Américains, elle n’a cessé de croître ces dernières années.

Tous les moyens nécessaires devraient donc être mis en œuvre pour informer les consommateurs et les inciter à diminuer considérablement leur consommation de sodas et boissons et sucrées.

Voici pourquoi vous devriez éviter de boire des boissons sucrées et comment éduquer vos enfants dans ce sens…


Les boissons sucrées favorisent la graisse viscérale

Une nouvelle étude parue dans le journal Circulation rapporte que consommer des boissons sucrées chaque jour est associé à une augmentation de la graisse viscérale, qui elle-même augmente le risque de diabète et de maladie cardiaque.

La graisse viscérale est une graisse qui se trouve « en profondeur » autour d’un certain nombre d’organes comme le foie, le pancréas et les intestins.

La graisse viscérale affecte la façon dont fonctionnent nos hormones et joue un rôle important dans la résistance à l’insuline, facteur de risque de diabète de type 2 et de maladie cardiaque.



Même light, elles augmentent le risque de diabète

Une étude française révèle un risque de diabète plus élevé avec des boissons dites "light" qui renferment des édulcorants artificiels, qu’avec des boissons sucrées.

Les résultats montrent que les femmes qui consomment des boissons sucrées "light" en boivent plus que celles qui consomment des boissons sucrées "normales".

A quantité égale consommée, le risque de diabète est plus élevé lorsqu’il s’agit de boissons "light" que de boissons sucrées.



Elles contribuent à l’hypertension

Les personnes qui boivent des boissons sucrées augmentaient de 26 à 70 % leur risque de pression sanguine élevée, par rapport à ceux qui n’en buvaient pas.

De plus, les adolescents buvant au moins 3 boissons sucrées par jour auraient 87 % de risque en plus d’avoir une pression sanguine élevée.

Les boissons sucrées diminueraient les niveaux de monoxyde d’azote dans l’organisme.

Le monoxyde d’azote est un vasodilatateur : en augmentant le diamètre des vaisseaux, il permet de réduire la pression du sang.

L’augmentation de la pression sanguine pourrait aussi être une réponse au sel présent dans les boissons.


Elles augmentent le risque de maladie cardiovasculaire (et de la mortalité liée)

Les boissons sucrées sont associées au surpoids et au risque de développer une maladie cardiovasculaire et au diabète de type 2.

Les personnes qui consomment 1 à 2 boissons sucrées par jour ont un risque d’infarctus ou de mort subite augmenté de 35%, un risque d'accident vasculaire cérébral augmenté de 16 % et un risque de développer un diabète de type accru de 22 %.


Elles sont mauvaises pour les reins

La consommation de boissons sucrées peut impacter la fonction rénale de façon directe ou indirecte. En effet, les boissons sucrées augmentent le risque d’obésité qui à son tour augmente le risque d'insuffisance rénale.  

Des études ont également montré qu’une consommation importante de boissons sucrées pouvaient directement impacter l’incidence de la maladie rénale.

Le fructose ajouté présent en grande quantité dans les boissons sucrées augmente la production d’acide urique qui peut lui-même conduire au développement de la maladie rénale.


Boissons sucrées et puberté précoce : un lien ?

Les jeunes filles qui boivent fréquemment des boissons sucrées ont tendance à avoir leurs premières règles plus tôt que celles qui n’en boivent pas. Ce phénomène est inquiétant car avoir ses règles plus tôt est associé à un risque accru de cancer du sein plus tard dans la vie mais également de diabète de type 2.

Quel que soit son âge, une jeune fille non réglée qui consomme plus d’une portion et demie de boissons sucrées par jour est 26% plus susceptible d’avoir ses premières règles dans le mois suivant qu’une jeune fille qui ne boit pas plus de 2 boissons sucrées par semaine.


Elles nous feraient vieillir plus vite et augmentent le risque de mort précoce

La consommation de sodas sucrés est associée à des télomères plus courts.

Les télomères constituent l’extrémité des chromosomes et correspondent à une combinaison d’ADN et de protéines. Ils jouent un rôle de protection des chromosomes et permettent d’assurer le maintien de l’intégrité du matériel génétique.

Leur raccourcissement est un marqueur du vieillissement cellulaire.

La consommation quotidienne de 60 cL de boissons sucrées, soit l’équivalent de deux canettes, reviendrait à vieillir prématurément de 4,6 années.

Remplacer ces boissons sucrées par leurs équivalents light (à base d'édulcorants) n'est pas forcément une bonne idée : si la consommation de ces boissons est associé à un risque de mortalité précoce moindre, c'est uniquement lorsqu'elle n'est pas trop importante.


Comment inciter votre ado à lever le pied sur les sodas?

Si vous consommez des boissons sucrées, vos enfants le feront aussi, commencez donc par montrer l'exemple. En effet, la consommation de boissons sucrées par les jeunes est associée à celle de leurs parents et à la disponibilité de ce type de boissons chez eux. 

Sachez également que pour modifier leurs habitudes de consommation, les ados ont besoin de messages concrets : délivrer des informations sur la distance qu’il faudra parcourir en marchant ou le temps pendant lequel il faudra courir pour éliminer un soda, incite les adolescents à se tourner vers des boissons moins caloriques.


8 vues0 commentaire