Comment choisir un « lait » végétal ?

Mis à jour : 26 août 2019



Fini le temps où les intolérants au lactose avaient peu de choix d’alternatives au lait de vache ! Aujourd’hui une multitude de produits sont disponibles dans les supermarchés. Mais tous ne sont pas recommandables. Voici les critères pour bien choisir.


Quels ingrédients doivent renfermer les « laits » végétaux ?

Avant d’acheter un « lait » végétal, il est important de lire la composition. En effet, d’une marque à l’autre, et souvent même entre deux produits de la même marque, on peut trouver des compositions simples et de bonne qualité nutritionnelle et des compositions trop longues avec des additifs. Un lait de soja peut ainsi avoir deux ingrédients (eau, soja) comme 14 (eau, soja, arôme, sucre, additifs…)

Avant de lire les étiquettes, bien garder en tête que les ingrédients sont énumérés dans un ordre proportionnel à leur quantité : de l’ingrédient en plus grosse quantité à celui le moins présent.

La règle c’est que moins il y a d’ingrédients et mieux c’est.

La boisson végétale doit ressembler à celle que l’on ferait chez soi : eau + purée/pâte de l’ingrédient choisi. Un peu de sucre naturel si besoin et c’est tout !


Le « lait » de soja

Ce « lait » végétal est censé être composé uniquement d’eau et de fèves de soja.

C’est le cas, en général, des laits de soja « nature » et sans sucre ajouté.

Mais pour séduire les personnes à la recherche du fameux calcium du lait, les fabricants enrichissent parfois cette boisson en calcium… et en additifs (stabilisants par exemple) ! Ou bien proposent des versions aromatisées ou « légères », avec du sucre et des ACE (aliments ultra transformés).

Attention donc aux mentions sur les produits ! « Enrichi en calcium » ce n’est ni nécessaire, ni, dans ce cas, bon pour la santé.



Le lait de coco

Ce « lait » végétal est censé être composé d’eau et de crème et/ou lait de coco ou encore de l’extrait de coco.

Trouver un lait de coco sans épaississant est mission presque impossible dans les rayons du supermarché. Donc pour éviter tous les ACE néfastes pour l’organisme, il faut privilégier les plus simples (donc sans mention du type : « enrichi en » vitamine, minéraux…). Et privilégier ceux qui en ont le moins (il existe des marques avec seulement un épaississant).



Les « laits » de noix

Dans cette catégorie, on retrouve les « laits » d’amande, de noix, de chia, de noisette…

Ces « laits » sont normalement composés d’eau et de pâte de la noix concernée.

Mais il est très compliqué de trouver un « lait » de noix industriel avec seulement ces deux ingrédients. Le mieux est donc de les faire soi-même . Pour ceux qui n’ont pas le temps : privilégiez les « laits » avec le moins d’ingrédients possible et le plus naturels possible.

Par exemple, les « laits » d’amandes qui contiennent de l’eau, de la purée d’amande et de la farine de caroube.




Les « laits » de céréales

Il s’agit des « laits » de riz, d’avoine, d’épeautre…

Ces « laits » sont normalement composés d’eau et de mélange de farine et/ou de son de la céréale concernée.

Il est là encore compliqué de trouver un bon produit. Certaines marques ne rajoutent « que » de l’huile et du sel, quand d’autres ajoutent du sucre, des épaississants, des arômes, des correcteurs d’acidité, des maltodextrines…

Même consigne : privilégier les produits les plus simples possible et éviter ceux avec les mentions « calcium+ » ou « enrichis en calcium »…



29 vues0 commentaire

Membre de l'AFDN

Déléguée régionale de l'ADL

  • Blanc Icône Instagram
  • White Facebook Icon
  • White Pinterest Icon
  • Blanc LinkedIn Icône

Diététicienne - Nutritionniste

Tél : 06 13 80 55 79

Adresse du cabinet

18, allée des Cigalons

13540 AIX EN PROVENCE

© 2020 by Axelle Colombo